Déc 132018
Commerçante et zéro déchet ? Mon grand challenge…

Non, vraiment, personne n’est parfait… j’ai beau vous parler de zéro déchet depuis quelques mois déjà, figurez-vous que je suis commerçante ! Qui plus est, dans le secteur du luxe, puisque je tiens la parfumerie Qu’importe le flacon, à Montpellier. Ouf, ça y est, c’est dit. 😀

Je suis fière de mon métier, mais vous avouerez que faire l’apologie du « moins de déchets », de la décroissance, et avoir une boutique, peut paraître contradictoire. Hé bien, j’assume ! Il n’est pas question que je me sépare de mon commerce pour cette raison, et cela ne m’empêche pas, à la maison et dans ma vie quotidienne, de faire de mon mieux, comme vous le suivez/savez ici. 😊

Avez-vous l’impression comme moi, lorsque vous consultez des blogs ou des comptes Instagram zéro déchet, d’être « loin du compte », imaginant que ces personnes vivent une vie parfaite dans le plus pur respect de l’environnement ? Arrêtez de suite, on fait tous au mieux, rien de plus. 😉 Comme je vous l’ai dit, ce blog me sert de « tuteur » pour avancer, recevoir, donner et continuer à apprendre.

Un selfie dans ma boutique ! 🙂

Ma passion pour les parfums

D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé les parfums. J’en ai besoin, et il n’y a guère que quand je suis malade que j’oublie de me parfumer. Autant je peux imaginer m’habiller de façon décroissante, en achetant des vêtements de seconde main, autant je ne me passerai pas de parfums.

Alors, de labos en formations, de boutiques en services d’évaluation, depuis la France, l’Allemagne ou le Brésil, j’ai fini, en 2006, par ouvrir ici, à Montpellier, ma propre boutique, Qu’importe le flacon, où je présente une sélection atypique de maisons de parfumeurs.

Ce ne sont pas des parfums bio, ce sont des créations avant-gardistes, créatives, originales, une parfumerie d’auteurs, pour toutes les bourses.

Bien sûr, les marques que je représente utilisent du verre, du carton, du plastique.

N’étant pas celle qui produit tout cela, je n’ai pas la main sur tout, mais j’ai le pouvoir de changer certaines choses, même infimes, voyons lesquelles.

Mes actions, ce que je tente de mettre en place, depuis peu, ou très longtemps

Pour ceux qui veulent savoir ce que je tente de mettre en place ou pour ceux qui veulent me donner d’autres idées, voici ce à quoi je m’emploie pour faire en sorte de jeter le moins de chose possible dans mon commerce.

– Depuis mon engagement, j’ai décidé, à la grande surprise de mon employé, mais qui a bien voulu me suivre, de demander à chaque client.e si un sac était nécessaire lors des achats. 90% des clients me répondent qu’en effet c’est inutile pour le jeter ensuite, les 10% restant étant des cadeaux. Je ne crois pas à la pub par les sacs, et cela n’a choqué personne, même pour un magasin du secteur du luxe. Aujourd’hui, beaucoup de gens ont des cabas, même pliables, ou tout simplement les sacs des autres boutiques ! 😀

– Sans le savoir, je suis en avance sur la loi, puisque je ne distribue pas de ticket de caisse à chaque achat, seulement sur demande.

– J’ai fait confectionner une fois des tote bag, pour donner lors de gros achats, mais je ne le referai pas, le coton consomme trop d’eau, cela n’en vaut pas la peine, plutôt dans ce cas, utiliser quand même un très grand sac en papier.

– Je sensibilise qui-veut-bien, au recyclage. A moins d’être collectionneur de flacons, on les jette lorsqu’ils sont vides. La boite se recycle avec le papier. Quant aux flacons, vous pouvez les jeter sans le capot, au verre, tels quels. Moi, je préfère tout de même d’un coup de pince, ôter la pompe et le cache-pompe, pour ne jeter que le verre.

– Puisqu’on parle de recyclage, depuis des années, j’ai une corbeille spécial papiers, et je me sers du verso des papiers inutiles pour coller de petites factures.

– J’appelle systématiquement, comme je vous en ai déjà parlé ici, les sociétés qui m’envoient des catalogues dont je ne sais que faire. Je n’ai pas besoin que Rétif me rappelle à l’ordre, j’y vais quand j’ai besoin de quelquechose.

– Fini le sopalin pour faire les vitres, vive la micro-fibre !

– On utilise le plus possible de produits d’entretien en vrac : liquide main et vaisselle, produits nettoyants divers, on trouve tout de nos jours.

– Je trouve bien sûr qu’il y a encore trop de plastique à la boutique… quand les marques m’envoient les commandes, elles placent des sachets plastique ou du papier bulle entre les boites pour les protéger pendant le transport. Cela me sert ou de petits sacs poubelle ou pour moi-même rembourrer des colis.

– J’utilise mon kit déjeuner ou mon bento, pour l’heure du repas, et dans la journée, eau du robinet dans ma bouteille en verre.

Je tente chaque semaine de voir ce que je peux améliorer. Et vous, dans votre profession, vous avez mis quoi en place, pour le recyclage ou le zéro déchet ?

Allez, moi je vous dis à l’an prochain, la grosse période est arrivée, je me dois aussi à mes clients… nouvelles résolutions en janvier, passez de belles fêtes ! 😉

La rue du petit Saint-Jean, un matin de début décembre, pour l’accrochage entre commerçants des guirlandes de Noël

Reader Comments

  1. Commerçante, certes, mais surtout une artiste du parfum ! Quand j’étais à l’université, mon professeur de littérature portugaise nous a parlé pour la première fois de l’odorat comme sens artistique. A son avis ce serait le plaisir esthétique à travers la combinaison d’effluves et de parfums. Tu sais transposer cette idée dans le concret, Anne ! Une visite à ta boutique “Qu’importe le flacon” est un moment de bonheur et de plaisir esthétique, comme disait mon professeur. Bien sûr, essayer de concilier tout cela avec l’apprentissage du zéro déchet ne peut que nous intéresser. Abraço !

    1. Merci Inès pour tes éloges. Tu sais que ta fille, Aline, bien plus en avance que moi, m’inspire aussi. C’est chouette, de parler de cela aussi, entre clientes… et amies ! 🙂 Bonnes fêtes, profite bine de ta famille.

  2. Et pourquoi ne pas parler aussi du fait que nous ne testons pas les odeurs des parfums sur des bandelettes jetables.. Car en plus d’être dans votre mouvance, c’est poétique… doux et très agréable…
    Superbe boutique, bonne continuation

    1. Ah mais oui, Laure, vous voyez, je ne m’en rendais plus compte ! Merci de me le rappeler. Je fais comme ça depuis quasiment le début, alors en 12 ans et des poussières, ça en aurait fait, des “mouillettes”, comme on dit dans notre jargon ! Bonne journée, et merci de me suivre. 🙂

On en discute ? ;)