Août 132018
Entre “plogging” et “Litterati”, je nettoie ma planète !
Temps de lecture : 3 mn

Et ben voilà que je fais du plogging sans le savoir, tel Mr Jourdain qui faisait de la prose en l’ignorant ! Du… plogging ? Ah, ça ne vous parle pas ? Mais enfin, vous savez bien qu’il faut mettre un nom sur toutes choses, de nos jours ! 😉

C’est le nouveau phénomène, bien utile, qui consiste à faire sa marche ou son jogging en ramassant des déchets ! Il parait que ça vient de Suède, et moi je le pratique ici et ailleurs depuis belle lurette ! 😀

Deux jambes, un bras pour ramasser (même pas besoin des deux !), un sac avec soi, et des gants – ça, je n’en ai jamais, je dois reconnaître -, et c’est parti mon kiki ! On court, ou on marche rapidement, on ramasse, on court, on ramasse, on court, etc…

En tout cas si tous les coureurs et marcheurs du monde voulaient bien le faire, la planète serait nickel ! Je le fais avec plaisir, pour rendre service, mais toujours avec étonnement (comment peut-on jeter ça ici ?) et parfois avec colère. 😡

Pour m’accompagner, j’ai mon application gratuite, « Litterati ». Quesaco ? Une appli découverte grâce à une émission sur le plastique. Le mieux est d’aller voir ici la petite vidéo d’une conférence TED’X du créateur Jeff Kirschner, il vous explique la genèse de son idée en 6 mn.

Le principe est de prendre un déchet en photo via l’appli, déchet qu’on jette dans la bonne poubelle par la suite, c’est important, on le « tague » – des mots sont proposés, devinez quoi, « plastic » revient souvent… mais on peut aussi mettre les marques – on trouve MacDo rapidement aussi… – et on envoie. Ça prend 15 secondes.

( et après, comme moi, vous avez toute une galerie de photos qui donnent envie ! 😉 )

La position et l’heure sont inscrites dans la photo. Ce qui permet, avec les infos données par les tags, de :

  • Nettoyer notre planète, tout simplement, mais tous ensemble, et ça galvanise.
  • Expliquer aux marques de boissons, de cigarettes, fast-food, etc… que si on trouve souvent leurs déchets c’est qu’il y a quelque-chose à changer, dans leurs emballages ou leur distribution.
  • Montrer aux municipalités que le nettoyage est peut-être à renforcer, ou les aider à taxer qui de droit, comme l’a fait San Francisco récemment avec les vendeurs de cigarettes. En effet les administrateurs de Litterati détiennent des plans avec tous les points où ont été ramassés les saletés.

Dans une grande ville comme Montpellier et au quotidien, c’est laborieux. Si je le fais, je m’arrête toutes les 2 secondes, c’est tellement cracra… Alors je prends le déchet, le jette et puis basta, tant pis pour l’appli ! Mais dans une petite ville, en forêt ou à la campagne – je vais peu à la montagne, mais suis bien convaincue qu’il y a autant de photos possibles -, et surtout si je ne suis pas trop pressée, j’utilise Litterati.

(parfois des gens se mettent, dans une ville, à l’utiliser en groupe, pour nettoyer un quartier, ça a du sens aussi)

Quand je pars en promenade ou randonnée, je prends mon sac pliable. Quand je suis en ville, je jette dans la poubelle la plus proche… Notez qu’à Montpellier, je cherche souvent longtemps une poubelle pour jeter ce que j’ai trouvé dans la rue… 😛

Pour info, j’ai défini mon règlement en 3 points, quand je suis en randonnée :

  • Je ne cherche pas, il faut que ce soit dans mon champ de vision, car je vous rappelle que je balade, avant tout, j’aime bien rêvasser !
  • Je ne rentre pas dans les propriétés privées, même si une saleté est à portée de main
  • Je ne me mets pas en danger : pas moyen de sauter un grand fossé ou de monter dans un arbre… ben oui, vous n’avez jamais vu un sac plastique dans un arbre ?!

Lors de mes 2 dernières promenades, dans un lieu aussi idyllique qu’une forêt de feuillus, voici ce que j’ai ramassé (je vous ai fait une photo de groupe !!), et le plus embêtant c’est que j’ai trouvé 2 mégots de cigarettes !

J’aimerais bien que vous me rejoigniez sur Litterati, c’est facile, bien pratique, ludique et utile ! Car pour citer Jeff Kirschner : « Individuellement on peut changer les choses mais ensemble, nous avons de l’influence ». Alors à bientôt les amis.

Pour la planète : moins de déchets qui vont arriver, fatalement, un jour, dans les fleuves et les océans

Pour moi : une appli ludique, la sensation de ne pas être seule à nettoyer, à faire avec les enfants ce serait encore mieux ! 😉


On en discute ? ;)

CrestaProject