Juin 272018

J’ai participé au challenge « 10 jours sans emballages alimentaires ». Repas spécifiques et remarques 2/2

J’ai participé au challenge « 10 jours sans emballages alimentaires ». Repas spécifiques et remarques 2/2

L'artiste Pec et ses Tetra pack à la Street art city... quel meilleur recyclage ? :)

Voici ma 2nde partie d’article concernant le challenge auquel j’ai participé il y a peu, contre les emballages alimentaires. Après le détail par commerçants, de quelques achats, dans le 1er article, je vous détaille ici quelques repas.

Je vous laisse prendre connaissance de mon code couleurs dans la 1ère moitié du récit, mais bon, on peut s’en douter… 😉

La question des petits déjeuners, pour bien commencer la journée. 😊

L’envie varie en fonction de l’humeur au réveil, mais disons qu’on prend en général, au choix :

  • des fruits de chez le primeur
  • des amandes et baies de goji de l’épicerie en vrac
  • du jus de carotte, donc qui génère une bouteille en plastique
  • du thé, acheté en vrac et dont je rapporte les sachets à chaque nouvel achat
  • du pain au levain, que je mets dans le sac à pain en tissu offert par ma mère (merci Maman ! :D), sur lequel je mets une lichette de beurre.
  • parfois on prend des céréales que je trouve en vrac aussi. Mais dans celles-ci, je verse un yaourt nature, et comme je n’ai pas de yaourtière – je pense que ça viendra – forcément il y a un pot à jeter à chaque fois… Pour sucrer, un peu de sirop d’agave, en vrac aussi, l’époque se prête vraiment à ça, il y a quelques années, ce produit aurait été difficile à trouver sous cette forme.
  • on boit ou on se sert de l’eau du robinet, qui ne pose aucun souci à Montpellier, qu’on verse dans un broc offert il y a longtemps par ma grand-mère.
  • le café de l’homme au petit déj et après le repas vient mettre à mal ces efforts…merci le géant du café…mais sachez que je leur rapporte toujours les capsules dans leur sac doré et que l’emballage carton va « au papier ». Je ne vais pas contraindre mon homme au changement pour l’instant… 😉
Souvenir d’une chambre d’hôtes dans la Drôme !

De quoi faire des soupes !

Eté comme hiver on mange des soupes. Bon, là il y a souci mais ça va s’améliorer…je mets toujours un bouillon Kub au début…donc double emballage. Mais ma mère m’a trouvé chez une maraîchère qui fait ses produits transformés, et dont je vous parle ici, du court-bouillon, j’imagine que ça fera l’affaire. Cette jeune femme demande à ce qu’on rapporte les bocaux de ses condiments, pour s’en resservir, top ! Par-contre, quoi faire contre la petite touche de crème fraîche, aussi minime soit-elle, à la fin de la cuisson ? Pareil quand je fais une soupe plus exotique avec du lait de coco en briquettes ou boites alu.

Un goûter entre amis

On reçoit pendant le challenge, un couple d’amis pour le goûter…oui, on aime bien les goûters ! 😊

Donc je fais un sorbet maison. Pour être très honnête, j’avais prévu de faire un sorbet avec un mélange fruits rouges de chez P… mais l’homme m’a surprise ! Il a acheté un ananas bien mûr, l’a découpé, mis au congélo et hop, le lendemain, sorbet sans emballage ! (si ce n’est le sachet congélation, mais qu’on garde d’une fois sur l’autre).

Il a acheté quelques petits biscuits sucrés à l’épicerie en vrac pour accompagner le sorbet. 😉

J’avoue que sans enfant, en centre-ville et avec du temps, on peut trouver quand même rapidement des solutions. Ceci dit moi aussi j’ai parfois envie d’un gâteau pour le goûter, cela fait belle lurette que je me le confectionne à la maison ! 😊 Farine, sucre, poudre d’amandes, œufs, tout est en vrac maintenant. J’ai vu du chocolat à 70% en vrac aussi, mais comme le beurre à la coupe, je le trouve encore trop cher, je continuer à l’acheter en tablettes.

Un déjeuner à la boutique

Pendant ces 10 jours on n’a pas mangé au resto, sauf, moi, qui ai pris un déjeuner à la boutique, lieu dont je vous parlerai en temps voulu. Parfois, j’y déjeune et commande des bouchées vapeur asiatiques, mais là, je me rends compte encore plus qu’il y a trop de choses à jeter dès qu’on emporte un repas… cette semaine, ce sera grosse salade de chez le resto en face de mon magasin. Je refuse la serviette en papier, j’ai la mienne en tissu à la boutique ! On me donne couverts et dans un grand bol ma salade. Je vous montre mon petit kit « boutique » que ma grand-mère a brodé il y a bien lontemps. 😊

Mon homme pendant ce temps, a mangé un avocat et des harengs marinés en sachet sous-vide, c’est son petit plat de célibataire préféré !

Se passer du supermarché…

Retrouver le plaisir d’aller chez les commerçants, savourer le fait de créer du lien social, se passer plus facilement des emballages, tout cela nous aide à nous passer progressivement du supermarché. C’est certainement plus facile pour nous qui sommes deux à la maison, et avons le temps, que pour une famille nombreuse avec deux parents qui bossent. Je ne pense pas pour autant que ce soit une activité de bobos urbains.

Pensons plutôt au jour, proche, où les municipalités feront payer les ordures au poids… 😛 Et j’en ai assez, en plus, d’engraisser les grands groupes, alors nous avons plaisir à faire cet effort.

Ceci dit, il y a encore des articles que je n’arrive pas à trouver ailleurs, par choix, par flemme de chercher, ou parce que je ne vois pas comment faire autrement. Si vous avez des idées, je suis preneuse, bien sûr. Comme ça, rapidement, je pense à :

Pour la maison ou la toilette :

  • du papier aluminium
  • des sacs poubelles, que je vais essayer de trouver biodégradables
  • du papier toilette, que je trouve maintenant recyclé
  • des cotons-tiges, que j’ai réussi à trouver en papier. Il va falloir que les marques se bougent, ainsi que les distributeurs, car il n’y avait qu’un choix unique lors de mon récent passage, et je parle d’un hypermarché de la taille d’un Géant Casino, tout de même ! Et dans 1 an ½, les tiges en plastique seront interdites….

Les courses alimentaires :

  • du chocolat en tablettes à 70% dont on n’a pas envie de se passer
  • de la mayonnaise, car si je la fais maison, ça ferait trop d’un coup et ça se conserve mal (j’en ai vu chez un traiteur, mais qui ne prend pas mes emballages, et de toute façon ça parait toujours trop)
  • des harengs sous vide dont mon homme raffole, qu’on n’a pas trouvé chez notre poissonnier
  • des conserves de thon, foie de morue, de sardines, etc…
  • du jus de carotte
  • du lait de coco, de la crème fraiche en briques
  • de la levure boulangère, car je fais parfois du pain dans mon mixeur
  • des tomates pelées, bien utiles en toutes saisons, pour tout un tas de plats
  • des condiments type câpres ou cornichons, vinaigre etc…
  • du lait
  • des pruneaux, car le prix des pruneaux frais me dissuade. Dommage, on est passé par Agen récemment et on en a pris directement chez un producteur, le prix était parfait.
  • des yaourts nature, mais ça devrait changer.

Depuis quelques temps existe au centre de Montpellier un supermarché participatif, La Cagette, je vais me renseigner, pourquoi ne pas faire nos achats là-bas ? A suivre…

Et pour finir, se balader avec son cabas…

Sans rire on n’a quand même pas réinventé l’eau chaude ! Nos grands-mères avaient toutes les habitudes qu’on tente de retrouver de nos jours… je ne comprends pas qu’on ait perdu tout cela entre temps. Depuis quelques années, on utilise des cabas pour aller aussi bien au supermarché qu’au marché.

J’ai été déçue, récemment, au marché de Bergerac, de voir que tant de commerçants proposaient encore des sacs plastique que j’imaginais bannis du paysage ! Je les ai refusés partout, aussi bien chez le fromager, le vendeur de fraises que celui de tomates. Vous savez grâce à cet article à lire ici pourquoi on en propose encore !

Bon, voilà, les 10 jours nous ont bien fait avancer, je suis fière de nous, si je regarde ce qu’on faisait il y a encore seulement 3 mois… allez, on continue ! 😊 Et chez vous, on fait comment ?


Reader Comments

  1. Finalement notre mode de vie tel que nous le connaissions dans les années 1950 sur ce plan là n’était pas si mal. Beaucoup de produits arrivaient en vrac pour être après çà pesés et vendus au détail dans des sacs papier genre kraft ou papier blanc dit sulfurisé. Les boissons étaient livrées soit au détail comme la bière qu’on pouvait aller acheter au tirage dans le pot qu’on apportait, comme le lait qui passait directement du bidon au pot au lait, soit en bouteilles lesquelles étaient consignées. Le ramassage des ordures se faisait dans un tombereau tiré par un cheval. Les marchands des quatre saisons ambulants passaient dans les rues avec une baladeuse tirée par un gros chien attelé en dessous. Majoritairement les gens se déplaçaient à pieds ou à bicyclettes mais il était rare d’en avoir besoin dans la mesure où les commerces de proximité étaient nombreux (ce qui n’était pas systématiquement pour un bien car de tous temps il y a eu des canailles et des gens honnêtes et consciencieux chez les commerçants). Les parfums étaient vendus dans des vaporisateurs à poire en caoutchouc ou à bouchon à pression manuelle, les insecticides pouvaient s’acheter dans une pompe à main qui pouvait resservir et qu’on remplissait avec une recharge souvent contenue dans un bidon en fer. Il y avait aussi pour les dames de fort jolies boîtes de poudre en carton le plus souvent très bien décorées et qui sont aujourd’hui des objets de collection etc… etc.. 😀

  2. Bonjour ! Montpelliéraine aguérrie, c’est un plaisir de voir un blog partir de notre chère ville 🙂
    Dans votre article, vous parlez d’objets pour lesquels vous ne pouvez pas faire autrement, j’aurai quelques idées : le papier toilette, certains en utilisent du lavable (je n’ai pas encore franchi le pas ^^’), pour les cotons-tiges il existe des oriculis (il y en a chez Citizen Market, sûrement aussi à Daybyday), et enfin pour la levure de boulanger mon compagnon fait du levain maison, le pain est délicieux, ça évite l’emballage individuel de chaque sachet et c’est plus économique, le seul inconvénient est qu’il faut laisser la pâte lever plus longtemps qu’avec la levure de boulanger 🙂

    1. Merci Léonie ! J’ai acheté un oriculi en métal, mais n’arrive pas encore à m’en servir tout le temps. Pour le Papier toilette, euh, non, je ne suis pas encore prête, j’attends des retours de lecteurs là-dessus ! 😉 😀
      Votre compagnon est-il boulanger, pour savoir faire du levain maison ? On fait comment d’ailleurs ? Bon dimanche.

On en discute ? ;)

CrestaProject