Juil 032018
Les Pots d’Anne, directement du jardin aux bocaux !

J’inaugure avec Anne Vernis et ses « Pots d’Anne » le chapitre de mes rencontres avec des producteurs « nature ».

J’adore aller rencontrer les gens sur leur lieu de travail, passer un moment avec eux, et la visite aux “Pots d’Anne” m’a en plus permis de me balader dans un jardin. Celui de cette jeune femme maraîchère qui cultive fruits, légumes et herbes, au sein de la ferme familiale de l’Allier, mais uniquement pour faire des produits transformés.

Elle confectionne en effet des recettes alléchantes qu’elle propose en petits pots, en direct, sur place, dans des AMAP ou sur les marchés, dans le département, et un peu dans le Puy-de-Dôme.

Elle a répondu de façon très douce aux nombreuses questions des jardiniers en herbe et… de votre servante ! 😊

Le jardin, et déjà de la dégustation !

On s’est promené entre basilics, tomates, herbes, fleurs, vergers, à la rencontre de goûts, de savoirs, de partages, un moment en famille très apprécié.

Dans un espace assez étendu, il y a, c’est toujours mieux, une grande diversité de cultures, cela se retrouve d’ailleurs dans ses bocaux. Elle maintient et replante des haies incluant de petits fruits à destination des oiseaux, certains espaces ne sont pas tondus, il y a des tas de bois, etc…afin d’héberger un peu de faune auxiliaire. 😊

Au gré de notre balade, j’ai mangé les meilleures tomates cerise…de ma vie ! Pas moyen d’en acheter à Anne, elle ne les cultive vraiment pas pour cela, mais quel souvenir…sucrées, douces, colorées, de vraies friandises, j’ai vraiment compris que la tomate était un… fruit ! Je suis contente de revoir des tomates cultivées dans le sol, c’est devenu rare…

Vous verrez d’ailleurs sur les photos qu’elle pratique le « paillage », pour économiser l’eau et « protéger » le sol, et elle irrigue au goutte-à-goutte. Le fumier utilisé est celui de bovin, en AB, pour la fertilisation, et elle traite très peu, mais toujours à base de plantes.

Puis nous avons continué notre déambulation, et fait d’autres expériences comme goûter de la fleur de coriandre, au goût d’agrumes très proche du goût des feuilles, un peu gras, vert, et des fleurs de capucine au goût piquant de radis.

Une énorme surprise nous attendait avec les feuilles de “mafana”, venues de Madagascar. Anne ne sait pas encore comment les utiliser, car le goût se détériore un peu à la cuisson, mais on lui a donné de sacrées idées ! On met un tout morceau de feuille en bouche, pas téméraires non plus… et au bout de 3 secondes, la surprise ! C’est salé, super astringent, vert, piquant, et presque pétillant, épicé, vraiment super long en bouche…ça vaut l’expérience ! Un plat en soi, quasiment.

L’atelier et la dégustation à la boutique

Après le jardin, visite de l’atelier/cuisine (le séchoir n’est pas visible ce jour-là, des tomates y sèchent tranquillement) puis de la mini-boutique, ce qu’on attend tous avec impatience, car Anne nous a donné l’eau à la bouche tout au long de la visite, en nous parlant de ses recettes.

Sachez qu’à l’exception des légumes de gardes (oignons, courges, carottes…), les légumes sont transformés dans les heures suivant la cueillette ! Elle colle ses étiquettes au lait (!), ce qui simplifie le nettoyage des pots, qui sont consignés.

Mention spéciale :

  • au pesto d’aneth, confite et finalement très douce, pesto que j’ai adoré dans mes pâtes mais aussi en tartines.
  • au pesto d’ail des ours, dont on connaissait peu le goût, alliacé bien sûr, mais assez doux aussi, et parfait avec les noisettes qui s’y trouvaient également.
  • au “achard”, mélange de tout petits légumes, traités comme des condiments, qu’on peut manger chaud ou froid, délicieux accompagnement de riz, et légèrement piquant, car contenant aussi un peu de piment
  • à la sauce tomate aux tomates jaunes, douces et sucrées.

Nature et Progrès

Pour la partie plus « technique » en culture, sachez que Anne ne cultive pas en bio mais sous mention Nature et Progrès (N&P), avec un cahier des charges assez restrictif et une charte éthique dont vous pouvez prendre connaissance ici.

Je cite Anne : « En fait, pour résumer, N&P ne défend pas seulement un mode de production respectueux du vivant, mais propose une vision sociétale basée entre autres, sur l’écologie, l’horizontalité, des modèles de fermes à taille humaine, une relocalisation des productions, un système de certification participatif impliquant producteurs et consommateurs, l’entraide, etc. »

Merci à Anne pour ce bon moment et ces partages !

Les Pots d’Anne à Franchesse.

www.potsdanne.com

Reader Comments

  1. Et bien un grand merci! Je suis gâtée, c’est un très bel article que je vais partagé de ce pas. Je vais essayer de suivre vos publications régulièrement.

    Bel été à vous, au plaisir de vous revoir.

    Anne Vernis. Pots d’Anne

On en discute ? ;)

CrestaProject