Sep 062018
Un livre : Éloge de la marche de David Le Breton

J’ai acheté ce livre, Éloge de la marche, lors d’une soirée à la librairie des alternatives durables « Fiers de lettres » ouverte depuis ce printemps à Montpellier, et je peux affirmer que j’ai bien placé mes 10 € ! 😀 C’est le genre de livres que je garde dans ma bibliothèque de préférés, de ceux que je vais relire encore et encore. Pour quelques raisons…

Ce livre est un bonbon ! Je l’ai dégusté comme une gourmandise, me délectant des mots de ce prof de sociologie qui a écrit sur la marche, ouvrage que je considère pour partie comme un inventaire de bonheurs simples, de petits riens, d’odeurs et de sensations ressenties quand on marche, en randonnée comme en ville. Il regorge de ce que je vois, à tort ou à raison, comme des aphorismes. C’est bien simple, j’ai tellement souligné de phrases, que je peux rouvrir ce bouquin à n’importe quelle page, j’en ai toujours une à me mettre en tête, marquée au coin du bon sens, pleine de poésie ou qui demande réflexion.

Photo Flickr Guillaume Boue “Sur le départ”

Ce livre est une bibliothèque. David Le Breton accompagne ses propos de dizaines de citations d’auteurs qui font partie de son panthéon, et probablement bientôt du mien, tellement il me donne envie de les lire, comme Stevenson, Sansot, Thoreau, Toepffer, Alexandra David-Neel ou encore Lee. Les extraits choisis par l’auteur m’ont fait voyager en 2 temps 3 mouvements, et j’étais avec eux en haut des sommets ou sur la route en un rien de temps.

Ce livre est un guide de voyages autant qu’un guide naturaliste, permettant de réaliser que le marcheur fait forcément attention à son environnement, avec un petit ou grand E. Népal, Tombouctou, Carpates, Compostelle, que ce soit pour un pèlerinage, pour le travail ou une quête spirituelle personnelle, en suivant les écrivains, on traverse un tas d’endroits, on rencontre pas mal d’animaux et on apprend des choses qui valent largement le manuel des Castor junior ! (séquence nostalgie…) 😀

Ce livre est du poil à gratter ! Il fait réfléchir sur notre condition d’humain, ne serait-ce qu’en nous rappelant que nous disposons des mêmes aptitudes physiques que l’homme de Neandertal, ni plus ni moins… mais aussi, ce fut le cas pour votre servante, il met le doigt sur le fait qu’on ne devrait manger que quand on a faim, qu’on peut se désintéresser des dernières nouvelles ou qu’on a le droit de préférer marcher seul. Ce qui me fait penser aussi qu’il vaut largement la plupart des livres de développement personnel, mettant en avant tous les bienfaits de la marche… comme mettre en congés des soucis !

Ce livre est aussi de fait un éloge de la sieste, du silence, et de la pluie (dans un chapitre très drôle, David Le Breton montre qu’elle est une parenthèse dans les bonnes manières, rapport aux simagrées que l’on fait pour éviter d’être mouillés !).

Et enfin ce livre est un coach sportif, car il est difficile de ne pas avoir envie de chausser ses tennis (oui je sais, faut que j’aille acheter des shoes de rando !) et de parcourir le monde en commençant même par une simple promenade.

Bref, L’éloge de la marche est à emporter à tout prix avec soi en voyage, mais aussi à relire dans son canapé ! Et n’oubliez pas ce que disait Lao-Tseu : « Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas ».


Reader Comments

    1. Vous me direz ce que vous en pensez ici, après lecture ? Moi je pense déjà à acheter son nouveau livre “Disparaître de soi”… qui sait, peut-être une chronique à suivre ? 😉

On en discute ? ;)

CrestaProject